Lettre aux habitants du Domaine des Poètes.

 

BRIGNAIS C’EST VOUS !

« J ai besoin de vous sur la liste, sinon il n’y aura pas de liste ! »

Bonjour à toutes et tous, habitants du DOMAINE DES POETES,

J’ai parcouru le Domaine des Poètes, mis des flyers dans votre boîte aux lettres (ça rappelle  des souvenirs) , rencontré certains, discuté avec d’autres mais, vu l’échéance qui se rapproche rapidement, je vous écris cette lettre en attendant de vous rencontrer  si ce courrier vous interpelle.

Comme vous l’aurez compris, je présente une liste aux élections municipales de mars 2020, pour une fois encore défendre mais d’une manière plus officielle, notre cadre de vie. Cette liste est ouverte à tous en respect des valeurs qui me caractérisent. Pour ceux qui ne me connaissent pas encore,  voici quelques infos.

J’ai été très impliquée dans notre lotissement, en tant que présidente pendant les 6 premières années de mise en route (1990-1996) puis comme vice-présidente (2011-2014)  pour clore un dossier. En tant que responsable associative, j’ai été souvent sollicitée pour être sur une liste. D’ailleurs je le fus en 1995 sur une liste qui défendait les services publics, mais j’ai, en 30 ans, toujours préféré garder la liberté d’ouverture qu’offre le monde associatif même si ce n’est pas toujours simple.

Ma famille est arrivée à Brignais en 1989. J’étais institutrice (en disponibilité pour suivre mon mari) et nous revenions de Montpellier.Notre fille avait 6 ans et notre fils, 3 ans. L’école Jacques Cartier n’existait pas  et ils ont fait les deux premières années à l’école Claudius Fournion. J’ai continué comme parent d’élève FCPE quand l’école Jacques Cartier s’est construite. Nous étions la deuxième famille (sur les 117) arrivée  sur la ZAC des Saignes (Zone d’Aménagement Concertée, projet communal) en plein chantier, sans route ni lumière et c’est mon mari qui a envoyé les premiers fax pour suivre l’avancement du lotissement.

A la création de l’association, le notaire s’est tourné naturellement vers lui mais trop occupé par son nouveau poste, c’est moi qui ai « accepté » de prendre cette responsabilité que j’ai occupée pendant deux mandats de 3 ans : toute la mise en route. Les deux dernières années, j’avais repris un poste de CP à l’école Jean Moulin.

Les dossiers et différents classeurs accumulés sont les témoins de l’ampleur de ce travail. Mais ce fut très formateur. J’étais au début  en disponibilité et les autres membres du bureau ayant une activité professionnelle je me suis retrouvée souvent seule pour mettre en place notre lotissement. Je  suis très fière de notre domaine et en le parcourant je me  dis que tous mes efforts n’ont pas été vains.

En 1993, nous avons organisé une grande fête pour l’inauguration du « Domaine des Poètes ».  J’ai passé le relais en 1996 et les bureaux suivants ont su faire perdurer notre lotissement. Je dus cependant reprendre du service en 2011 pour acter la rétrocession de certaines  voiries dans le domaine communal, ce qui n’avait pas été  fait par le conseil municipal, 15 ans auparavant !

Je suis retraitée mais encore présidente d’une association nationale sur les droits des divorcés (CCN-ARPEC). Je pourrais dire que j’ai fait ma part et profiter de ma retraite mais je ne peux rester indifférente à tout ce qui se passe.  Est-ce un changement ou un bouleversement de société ? Pouvons-nous accepter que tous les acquis, durement arrachés et construits par nos anciens soient balayés d’un trait de plume ! Quel monde allons-nous laisser aux générations suivantes ?

Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris que je monte encore au créneau, comme je l’avais fait pour défendre un policier municipal en 2005.

L’éducation et le vivre ensemble sont le socle de notre société et après y avoir consacré une grande partie de ma vie, je ne peux pas regarder notre pays se déliter sans rien faire!

Le hasard, ou pas, a mis sur ma route un mouvement politique, l’UPR, classé divers par le ministère de l’intérieur et qui fonctionne comme une association, ce qui m’a plu tout de suite : réunir des citoyens de tous bords mais animés par un même objectif,  rendre sa souveraineté à notre pays qui l’a perdue à 80% avec les traités signés par nos gouvernements, différents  mais soumis aux mêmes règles européistes.

Ce que nous constatons dans la commune est la conséquence des directives européennes qui contrairement à l’argent attendu, ruissellent et nous engloutissent petit à petit.  Avec l’Union Populaire Républicaine, je me suis reconnue  dans l’éducation populaire et j’ai plongé dans les documents à disposition de chacun : traités, conférences, vidéos …Je me suis surtout rendue compte de mon ignorance ! C’était en janvier 2019, en février j’adhérais, en octobre, je décidais de me présenter aux municipales.

Ai-je les compétences ? Nelson MANDELA disait : « Soit je gagne, soit j’apprends ! » On apprend en faisant. Ce qui est passionnant dans la vie, ce n’est pas le but, c’est le chemin et toutes les rencontres de ceux qui se lèvent pour agir plutôt que subir !

Je me donne tous les moyens pour participer à cette campagne municipale. Ce courrier en est un mais je ne suis que le fer de lance et sans lance, le fer ne va pas bien loin !  J’ai déjà atteint un objectif formidable : démarrer  cette aventure et réunir des fidèles et de nouvelles personnes, pleines d’enthousiasme, de cette énergie qui irradie tout le groupe et vous permet de croire au possible. Réunir 33 personnes sur 8000 est donc  à notre portée, mais le temps presse.

Comme je l’entends ces jours,  il serait dommage que nous ne puissions participer à cette campagne faute …….de participants !

Sur plus de 11 000 habitants de Brignais  8631 étaient inscrits aux dernières élections municipales de 2014 et 45% se sont abstenus ! Il est vrai qu’en 2005, près de 55% de français avaient rejeté la Constitution Européenne qui leur a été ensuite imposée avec le traité  de Lisbonne ! Quand on leur demande leur avis, les citoyens savent se mobiliser, mais si on bafoue leur légitimité, ils se détournent et c’est dommageable pour tous !

L’échéance municipale construit les fondations de notre démocratie et chacun doit en prendre conscience. Il est temps de réagir et de reprendre confiance !

 Nous avons appelé la liste BRIGNAIS C’EST VOUS  car si chacun d’entre nous fait sa part, si petite soit-elle,  alors nous pourrons faire entendre notre voix.

Merci à ceux qui m’ont lue jusqu’ici mais ce projet s’arrêtera net si nous ne passons pas l’étape décisive  de cette campagne municipale : réunir une liste de 33 noms, à égalité hommes /femmes.

Toutes les infos sont dans le flyer ci-joint comme le site et les vidéos présentant le programme. Nous avons deux semaines pour compléter la liste. Je compte sur vous !

Il ne tient qu’à chacun de nous  pour que nos vœux se réalisent pour cette année 2020 !

Marie-Noëlle BRAMONTE  06 84 91 35 84.                                     Si vous voulez que votre voix compte, votez pour vous!

5 allée Auguste Renoir  mnbramonte@gmail.com

 

 

 

Leave a Reply