Si le Référendum d’Initiative Citoyenne avait existé….

Si le RIC abrogatoire avait existé en 1997…

Je parle en tant que citoyenne mais aussi en tant que présidente d’une association qui se bat depuis plus de 20 ans pour aider des citoyens qui ont été condamnés à vie pour avoir divorcé. Ils n’ont commis aucun délit et ils ont respecté la loi, mais la loi, elle, ne les a pas respectés

Elle les a au mieux ignorés, au pire condamnés ainsi que leur famille.

Oui, vous avez bien lu : condamnés à vie, à perpétuité! Dans notre beau pays des droits de l’Homme, comment peut-on être condamné sans avoir commis de délit et à perpétuité!

Quand ces condamnés se sont réunis, en 1997, ils ont cru que leur combat pour demander justice serait difficile, mais ils étaient des milliers et la ministre de la justice elle-même reconnaissait l’injustice qui les frappait!

Après toutes les démarches légales : pétitions, manifestations, courriers aux élus… la réponse fut une nouvelle loi qui nous laissait sur le carreau puisqu’une loi n’est pas rétroactive….

En France, on sait faire des lois…

Il a fallu 20 ans, la persévérance des adhérents et la ténacité de quelques-uns pour obtenir quelques avancées mais tellement peu au regard du résultat : seuls 3% ont obtenu gain de cause et évidemment aucunement réparation : l’Etat ne fait pas d’erreur!

Si le RIC abrogatoire avait existé en 1997, nous aurions pu dignement et en toute légalité faire valoir notre situation. Démontrer que la loi de juillet 1975 sur le divorce par consentement mutuel était un enfer pavé de bonnes intentions.

Réunir suffisamment de voix car des centaines de milliers de familles sont impactées par cette loi qui a fait comme règle une rente viagère et non un capital.

En 1997, l’explosion médiatique de notre situation, reliée par tous les médias et en premier par France Inter, a surpris puis ému la France entière. Vite une nouvelle loi a gommé notre situation…et les médias sont passées à autre chose!

Quel pouvoir avons-nous, simple citoyen face à une telle injustice, fut-elle reconnue?

Juste celui de se regrouper en association et de « vider la piscine avec une petite cuillère »

Cependant cette situation si difficile soit-elle et sans doute parce qu’elle l’est a un bon côté : elle a fait de nous des EXPERTS!

Quand, en face d’un aréopage de spécialistes du DROIT, vous vous apercevez que la présidente de la commission des lois elle-même ignore la loi et reconnait notre expertise, on ne peut se demander qu’une chose : pourquoi ne sommes nous pas associés à l’écriture de la loi et aussi à son évaluation si les spécialistes eux-mêmes sont noyés? On ne peut pas leur en vouloir (quoique : nul n’est censé ignoré la loi )mais on peut au pire les aider, au mieux le faire à leur place!

Dans notre pays, il y a tellement d’associations sur des sujets, en toute matière, tellement de citoyens qui connaissent à fond un sujet, qui agissent avec BON SENS, ce fameux bon sens du père (ou plus souvent de la mère) de famille qui doit mener au mieux les affaires du ménage, tellement de citoyens qui offrent leurs services pour la bonne conduite de notre pays.

Tous ces citoyens font de la POLITIQUE : ils agissent pour le bien (étymologiquement) de la CITE.

TIRER AU SORT dans ce vivier, mathématiquement, vous aurez un maximum de citoyens capables de faire des lois humaines, de les contrôler pour le bien public, pour la REPUBLIQUE : la RES PUBLICA : la chose commune qui nous appartient à tous!

Je suis prête et beaucoup de citoyens, j’en suis sûre sont prêts aussi à relever ce DEFI qui n’en n’est un que pour ceux qui nous en croient incapables! Chiche!

Si le RIC avait existé en 1997, je ne serai pas en train de faire ce post, je ne serais pas en train d’écrire, encore et encore à tous nos élus, à Mr Macron, qui d’ailleurs ne m’a pas répondu!

Son courrier est sur notre site internet CCN-ARPEC.

En attendant, même si je continue à vider la piscine, je me dis que ce mouvement des gilets jaunes est un réveil, certes difficile, mais opportun pour rebattre les cartes et faire vivre enfin notre DEMOCRATIE dans ce beau pays de FRANCE.

Leave a Reply