Voyage à Hirschberg (3)

Quel accueil!

« Marrrie-Nowëlle »…une voix douce dit mon prénom comme on savoure une gourmandise.
Puis une deuxième fois….je descends quelques marches pour voir le visage souriant et lumineux, des yeux verts pétillants et un large sourire. C’est Eva-Marie mon hôtesse. Elle est là au pied du bus, un classeur blanc dans la main et un badge sur le cœur.
Oui, c’est bien mon nom qui est inscrit sur le badge en dessous du sien, précédé de deux blasons…
« Bonjour, je suis Marie-Noëlle »
Aussitôt, elle m’entraine dans son sillage. Il est vrai que nous avons une heure de retard, suite aux embouteillages à l’entrée de la ville. La réception était prête, ainsi que l’orchestre mais il bruine…et la cérémonie est écourtée. Tout le monde cherche son chemin, son hôte, l’organisatrice.
J’ai juste le temps de dire à Christiane que j’ai rencontré mon hôtesse…je dois récupérer ma valise, comme tout le monde. C’est un peu confus, entre les 4 cars stationnés, les parapluies qui cachent les visages, les valises …
Je me retourne …où est-elle passée?

Eva toujours virvoltante, me tend un parapluie…me présente au loin son mari, musicien dans l’orchestre..me dit qu’il rentre à la maison en vélo et que nous partons avec la voiture du maire.( tout ceci en anglais bien sûr mais je crois que je n’ai pas bien compris…QUI ?)
Et tout à coup, un jeune homme saisit ma valise à roulettes et traverse la placette suivie d’Eva qui m’entraine avec un grand rire qui je le verrais, tout au long de ce weekend jaillit à tout moment. Mon hôtesse est un tourbillon de bonne humeur. Elle répète encore et encore mon prénom avec délice, me présente au jeune homme. Il bruine encore, nous nous engouffrons dans la voiture, elle insiste pour que je sois devant. Et nous voilà partis.
Superbe voiture allemande, très confortable. Un tableau de bord de jet.. . une sonnerie, des lumières qui clignotent…Le jeune homme me dit que c’est sa femme qui appelle…bien sûr avec le retard, l’emploi du temps s’est accéléré : ils échangent quelques paroles que je ne comprends pas car je ne parle pas un mot d’allemand…..à part quelques mots de politesse. Je pense qu’il lui dit qu’il sera en retard, qu’il emmène Eva-Marie et son invitée …et alors que la conversation semble terminée, dans un grand éclat de rire, Eva-Marie interpelle la jeune femme et s’ensuit entre elles un dialogue ponctué de rire.

 Devant tant de détente, et profitant du retour d’un rayon de soleil, je demande si je peux faire une photo du chauffeur….. j’ai compris, il s’agit du maire d’Hirschberg : Manuel Just.
Il approuve et voici la photo qui donne le ton de ce que sera ce super weekend.

Leave a Reply